second

Avy amin'i Wikibolana — Rakibolana malagasy malalaka
Hanketo: Fikarohana, karohy

Anglisy[Ovay]

Origine et histoire de « second »Etimolojia

Open book 01.svg Anarana iombonana

second AAI : /ˈsɛk.ənd/

...
(Sary)
  1. faharoa, fanindraosana, fanindraozana, fanindroasana]], fanindroazana]], fanindroa, indray, indroasina, lahiaivo, lefitra, manindroa, mpanindroa
    • Les successeurs de Descartes nient l’efficace des causes secondes ; Descartes en partie la nie et en partie l’accorde. Il l’accorde explicitement, mais implicitement il la nie.
    • Planté sur ses jambes écartées, le soldat bourrait pensivement une seconde pipe.
    • Le dix-septième jour de la seconde année de sa prévention, Jacques Errant fut extrait de son cachot et conduit entre deux gendarmes dans une grande salle […].
    • C’est bon ! c’est bon ! se décida soudain à balbutier le second pochard en entraînant son compagnon.
    • La patience est la principale vertu réclamée à l’explorateur polaire, dit Nansen, mais la prévoyance est la seconde.
    • La misère sexuelle des employés et ses palliatifs constituent un thème inépuisable de la littérature du second XIX
    • Le premier passait son chemin en respirant une fleur et l’on se rendait compte qu’il était à cent lieues de partager l’humeur baroque et déconcertante du second.
    • Il n’est arrivé que le second.
    • Il servait de second. Celui qu’il avait pris pour second, pour son second.
    • (...)

Wiki puzzle.svg Anagrama

  • second, second,

Dikan-teny

  1. espaniôla : secundar
  2. feroianina : sekund
  3. malagasy : faharoa
  4. norvejiana : feilvare
  5. romainina : doilea
  6. soedoa : sekundant

{{}} :

Frantsay[Ovay]

Open book 01.svg Anarana iombonana

second AAI : sə.ɡɔ̃

(Sary)
  1. faharoa, lahiaivo, lefitra
    • Les successeurs de Descartes nient l’efficace des causes secondes ; Descartes en partie la nie et en partie l’accorde. Il l’accorde explicitement, mais implicitement il la nie. [ Jules Simon, Introduction de : « Œuvres de Descartes », édition Charpentier à Paris, 1845 (loharano)]