syphilis

Avy amin'i Wikibolana — Rakibolana malagasy malalaka
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Interlingua[Ovay]

Open book 01.svg Anarana iombonana

syphilis  ♦ X-SAMPA : AAI :

fanononana ?
...
(Sary)
  1. farasisa Avy amin'ny dikantenin'i syphilis teo amin'i Wikibolana anglisy.

Latina[Ovay]

Open book 01.svg Anarana iombonana

syphilis  ♦ X-SAMPA : AAI : fanononana ?
...
(Sary)
  1. farasisa Avy amin'ny dikantenin'i syphilis teo amin'i Wikibolana anglisy.==Anglisy==

Origine et histoire de « syphilis » Etimolojia

Open book 01.svg Endrik’anarana

syphilis AAI : /ˈsɪfɪlɪs/
...
(Sary)
  1. farasisa
    • J’ai établi (…) que ce n’est pas prouver la non existence du virus vénérien que de prétendre, de démontrer même que la syphilis ne vient pas du Nouveau-Monde, qu’elle n’a pas été apportée d’Italie, qu’on la connaissait à Paris avant 1494, […].
    • La syphilis, une infection bactérienne transmissible sexuellement, était rare au Canada il y a cinq ans. Or, les taux d’infection sont en hausse, ce qui indique que les personnes ne se protègent pas de façon systématique lors de relations sexuelles.
    • Jusqu’à un passé récent, la théorie dominante à propos de l’origine de la syphilis en Europe était la théorie américaine, qui énonçait que la maladie vénérienne épidémique ramenée en Europe par les marins de Christophe Colomb, en 1493, était la syphilis vénérienne:[…] On faisait peu de cas de ceux qui objectaient que des traces de lésions osseuses de syphilis se rencontraient en Europe sur des squelettes datés d’avant la découverte de l’Amérique.
    • (...)
  1. finoa : syfilis
  2. malagasy : fandilofa


Wiki puzzle.svg Anagrama

Frantsay[Ovay]

Open book 01.svg Anarana iombonana

vhv. syphilis AAI : si.fi.lis
...
(Sary)
  1. fandilofa, farasisa, kibango, kite
    • J’ai établi (…) que ce n’est pas prouver la non existence du virus vénérien que de prétendre, de démontrer même que la syphilis ne vient pas du Nouveau-Monde, qu’elle n’a pas été apportée d’Italie, qu’on la connaissait à Paris avant 1494, […].[ M. Richond des Brus, De la non existence du virus vénérien, dans Journal général de médecine, de chirurgie et de pharmacie, t.95, 34e de la nouvelle série, 1826, p.120 (loharano)]