forge

Avy amin'i Wikibolana — Rakibolana malagasy malalaka
Hanketo: Fikarohana, karohy

Anglisy[Ovay]

Origine et histoire de « forge »Etimolojia

Open book 01.svg Anarana iombonana

forge AAI : /foʊɹdʒ/

...
(Sary)
  1. manefy, mangala-tsonia, mively
    • Toute forge qui ne produirait pas trois cents milliers de fer par an, ne vaudrait pas la peine d’être établie ni maintenue.
    • Les intérêts particuliers se réunirent pour représenter que les cent neuf forges qui travaillaient en Angleterre, sans y comprendre celles d’Écosse, produisaient annuellement dix-huit mille tonnes de fer, et occupaient un grand nombre d’ouvriers habiles.
    • De grosses mains faites pour souffler la forge.
    • Lorsqu'ils [les journalistes] s’imposent la loi de ne parler que des ouvrages encore tout chauds de la forge.
    • Au-delà des bornes de la lice, plus d’une forge fut élevée, et ces forges commencèrent bientôt à luire à travers le crépuscule, annonçant le travail des armuriers, qui continuèrent pendant toute la nuit à réparer ….
    • Décembre 1891. […]. Et, dans cette France de la III
    • Mener un cheval à la forge.
    • (...)

Wiki puzzle.svg Anagrama

Dikan-teny

  1. esperanto : falsi
  2. malagasy : manefy
  3. silaovena : ponarediti

{{}} :

Frantsay[Ovay]

Open book 01.svg Matoanteny

forge AAI : a

(Sary)

s’est conservé dans quelques formes romanes, et, chez nous, dans le nom propre, Lafarge, qui équivaut à la Forge. Forges, nom d’une localité en Normandie, s'est dit en latin Fabriciae, dans un texte de 790, Forges, hameau de l’arrondissement de Loches, est dit fabricae ; dans une charte de 1286 (Bibl. des chartes, 4e série, t. IV, p. 158) le carrefore des forges est en latin bivium fabricarum. Forge est la forme presque régulière pour fabrica ; il n'y a d’irrégulier que la chute du AAI : b

(Sary)

mais, -ica se rendant par -ge (→ jereo pedica, piége), le AAI : b

(Sary)

est devenu incompatible : il ne pouvait y avoir Endrika:recons, et le AAI : b

(Sary)
  1. fanefena, fofotry
    • Toute forge qui ne produirait pas trois cents milliers de fer par an, ne vaudrait pas la peine d’être établie ni maintenue. [ Georges Louis Leclerc, Min. t. IV, p. 108, dans POUGENS. (loharano)]